(506) 857-2125

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick (FTTNB) se dit déçue que le budget provincial présenté cette semaine ne prévoit pas davantage d’initiatives visant à régler la crise de la main-d’œuvre en cours au Nouveau Brunswick. Quoique des initiatives aient tout de même été annoncées en vue du recrutement d’enseignant(e)s, d’aides enseignant(e)s et d’infirmier(ères), le budget reste plutôt muet sur la question des salaires et des conditions de travail des travailleurs(euses) des secteurs public et parapublic.

« L’excédent budgétaire prévu a été rendu possible grâce aux sacrifices consentis par les travailleurs et travailleuses du secteur public au cours des dernières années. Le Nouveau Brunswick connait présentement une crise de la main-d’œuvre pendant laquelle il s’avère difficile de recruter et de conserver le personnel nécessaire afin de fournir les services essentiels dont ont besoin les Néo Brunswickois(es), » déclare Daniel Legere, président de la FTTNB. « Cette crise de la main-d’œuvre va perdurer après ce budget, car celui-ci néglige de s’attaquer aux questions qui touchent les salaires et les conditions de travail. »

Dans son mémoire sur les consultations prébudgétaires, la FTTNB suggérait plusieurs initiatives qui auraient généré des centaines de milliers de dollars de revenu provincial. Des initiatives dont l’harmonisation du taux d’imposition du revenu des petites entreprises et des sociétés avec la moyenne atlantique, l’élimination de plusieurs échappatoires fiscales coûteuses et inefficaces et l’instauration d’un impôt sur la fortune. Ces recettes supplémentaires auraient pu être investies en vue d’améliorer les services essentiels publics et parapublics tels les foyers de soins.

« Le budget est plein de bonnes intentions et de nobles objectifs comme l’amélioration des services de santé mentale et de l’accès aux fournisseurs de soins de santé primaires, » ajoute M. Legere, « mais ce qui semble faire défaut, c’est un plan crédible et les ressources humaines nécessaires à la réalisation de ces objectifs. D’ailleurs, nous en avons été témoins récemment lorsque la réforme des soins de santé a été annoncée. Tout s’est effondré lorsque nous avons découvert qu’il n’y avait pas de véritable plan pour effectuer la réforme sans mettre en péril les soins aux patients. »

-30-

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick est la voix centrale du mouvement syndical de la province. Nous représentons plus de 35 000 travailleurs(euses) de tous les secteurs de l’économie et de toutes les communautés de la province.

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Daniel Legere, président
(506) 857-2125 / (506) 381-8969