(506) 857-2125

En cette fête du Travail, La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick (FTTNB) exhorte tous les paliers de gouvernement à axer leurs mesures de relance économique sur les besoins des travailleurs(euses) et de leurs familles. La relance après la pandémie signifie prendre des mesures concrètes en vue de combattre les inégalités et d’assurer que les travailleurs(euses) ont des salaires et des conditions de travail décents.

« La relance économique est impossible sans les travailleurs(euses), » déclare Daniel Legere, président de la FTTNB. « D’ailleurs, ce sont les travailleurs(euses) qui nous ont nourris, nous ont gardés en santé et en sécurité, nous ont logés et nous ont appuyés tout au long de la pandémie. Nous devons nous assurer d’être prêts pour la prochaine fois qu’une catastrophe frappe afin que personne ne soit laissé pour compte. »

Après avoir été célébrés comme des héros au cours des premiers mois, la plupart des travailleurs de première ligne ont perdu leurs avantages salariaux, malgré leur dévouement continu et leur exposition aux risques. La majorité de ces travailleurs(euses) ne bénéficient même pas de congés de maladie payés. Entretemps, de nombreux dirigeants d’entreprises continuent d’enregistrer des profits records.

En fait, bien des travailleurs essentiels n’ont que la Loi sur les normes d’emploi (LNE) à titre de protection au travail. La FTTNB recommande donc d’élargir la portée de la LNE en vue d’augmenter immédiatement le salaire minimum à 15 $ l’heure, de mettre en œuvre 10 jours de congés de maladie payés par année pour tous les travailleurs(euses) et d’instaurer l’équité salariale dans le secteur privé.

Alors que nous retournons à une nouvelle normalité à la suite de la pandémie de la COVID-19, nous devons réfléchir à la planification de notre relance économique. D’ailleurs, celle-ci devrait veiller à ce que les besoins des travailleurs(euses) soient satisfaits, ce qui veut dire des investissements dans un secteur public fort et des services publics de qualité.

« Le fait de vivre et de travailler durant cette pandémie a rappelé aux Néo-Brunswickois l’importance de nos services publics, mais il a également exposé les graves failles et lacunes de ces services, » ajoute M. Legere. « Alors que la pandémie tire à sa fin et que la vie reprend son cours normal, il est maintenant temps de corriger ces lacunes. Par exemple, le Nouveau-Brunswick doit se joindre aux autres juridictions canadiennes en participant au plan visant des services de garde d’enfants à 10 $ par jour au Canada. Les familles ont besoin de programmes de garde d’enfants de qualité, universellement accessibles, abordables et à but non lucratif. » Des investissements dans les services publics contribueront à la relance économique du Nouveau Brunswick en plus d’assurer que les Néo-Brunswickois auront accès aux services essentiels lorsqu’ils en ont besoin.

« Nous avons traversé la pandémie en travaillant ensemble, » conclut M. Legere. « Maintenant, souvenons-nous des liens entre nos enjeux du travailleur moyen et l’urne électorale lorsque nous votons aux prochaines élections fédérales. Élisons un gouvernement qui placera les travailleurs(euses) au cœur de sa politique de relance économique. »

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Daniel Legere,
Président de la FTTNB
(506) 857-2125 / (506) 381-8969