(506) 857-2125

À la suite de la publication du rapport de recherche du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick (SIINB) intitulé La génération oubliée : Appel urgent à entamer une réforme du secteur des soins de longue durée au Nouveau Brunswick, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick (FTTNB) joint sa voix à celle du SIINB afin de réclamer la tenue d’une enquête publique sur le secteur des soins de longue durée.

« Le rapport du SIINB met en lumière certaines données très inquiétantes, » exprime le président de la FTTNB, Daniel Legere. « Compte tenu que les résidents des établissements de soins de longue durée sont particulièrement vulnérables à la propagation de la COVID-19 et étant donné ce qui s’est produit dans d’autres provinces, il est d’autant plus important de mener une enquête publique sur la façon dont nous pouvons améliorer la qualité des soins de longue durée. »

Voici certaines données se trouvant dans le rapport de recherche du SIINB sur les soins de longue durée :

• Les niveaux de dotation sont insuffisants pour assurer une qualité de soins : Selon une étude approfondie sur la dotation en soins de longue durée, un minimum de 4,1 heures de soins par jour est nécessaire pour assurer des soins de qualité.
Cependant, le Nouveau Brunswick accorde 2,89 heures de soins par résident de foyer de soins par jour. De nombreux foyers de soins ne peuvent pas satisfaire à cette norme. D’ailleurs, en 2019, 31 foyers de soins ne se sont pas conformés à ces exigences, ainsi, plus de 70 avis de non-conformité ont été émis à des foyers de soins entre 2017 et 2019.

• Le manque de transparence et de surveillance exercée par le gouvernement : Le Nouveau Brunswick est l’une des deux seules provinces qui n’ont pas contribué de façon significative aux bases de données de l’Institut canadien d’information sur la santé sur les soins de longue durée au cours de la dernière décennie. En fait, le gouvernement refuse de partager toute information concernant ses ententes contractuelles avec Shannex, malgré les demandes réitérées, entre autres, de la commissaire à l’accès à l’information et à la protection de la vie privée du Nouveau Brunswick.

• La violence augmente : Depuis 2013, le nombre de réclamations relatives à des incidents de violence soumises par des employés de foyers de soins du Nouveau-Brunswick qui ont été acceptées, soit 22,5 %, correspond à plus de deux fois le nombre de réclamations des employés des établissements pénitentiaires du Nouveau Brunswick, soit 9 %.

« Je profite de cette occasion pour remercier le SIINB d’avoir consacré le temps et les ressources nécessaires à la compilation de ces précieux renseignements, » ajoute M. Legere. « Cela est particulièrement opportun, car le premier ministre Trudeau suggère justement de tenir des discussions avec les premiers ministres du Canada en vue d’établir des normes nationales à l’égard des foyers de soins de longue durée du Canada. »

-30-

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick est la plus importante centrale syndicale de la province. Elle représente 38 000 travailleurs et travailleuses syndiqués qui résident et travaillent un peu partout dans la province.
Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Daniel Legere, président de la FTTNB
(506) 857-2125 (bureau) / (506) 381-8969