(506) 857-2125

Le gouvernement conservateur minoritaire n’y va pas de main morte lorsqu’il s’agit de contourner les droits garantis par la Charte pour les travailleurs et les résidents.

« La Fédération du travail du Nouveau-Brunswick (FTTNB) craint que les attaques répétées de la province contre les droits ouvriers fassent fuir les travailleurs de notre province. Au cours des sept derniers jours, nous en avons eu trois exemples clairs, a déclaré Daniel Légère, président de la FTTNB.

Vendredi dernier, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a admis qu’il cherchait un moyen pour refuser aux pompiers et aux policiers leurs droits de négociation collective protégés par la Charte. Pour ce qui est de la vaccination obligatoire, il a annoncé qu’il voulait utiliser la clause dérogatoire, une méthode exceptionnelle pour contourner la Charte.

Ce lundi, le gouvernement a proposé de sévères restrictions à la négociation collective aux infirmières et aux travailleurs des foyers de soins. Cela se ferait par le projet de loi 17, qui vise à modifier la Loi sur les services essentiels dans les foyers de soins.

« Les gens du Nouveau-Brunswick devraient s’inquiéter de la pente glissante sur laquelle ils nous entraînent. D’un côté, le gouvernement dépense des millions de dollars pour aider les employeurs à trouver et former des travailleurs. De l’autre, il prend des mesures extrêmes pour ôter aux travailleurs leurs droits constitutionnels », a déclaré M. Légère.

« Le parti au pouvoir joue à un jeu dangereux. Il banalise les droits fondamentaux et attaque l’essence même de la Charte, qui consiste à protéger les citoyens des abus des gouvernements », a conclu M. Légère.

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick est la plus importante centrale syndicale du Nouveau-Brunswick représentant 35 000 travailleurs(euses) syndiqués des secteurs public et privé.

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :

Daniel Legere
Président, FTTNB
(506) 381-8969