(506) 857-2125

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick (FTTNB) exhorte tous les partis politiques à placer les gens au cœur de leurs programmes électoraux.

« Il est regrettable que le gouvernement Higgs ait insouciamment choisi d’envoyer les Néo-Brunswickois aux urnes en plein milieu d’une pandémie, » exprime Daniel Legere, président de la FTTNB. « Ces élections doivent être axées sur notre relance économique suite à la COVID-19 et remédier aux inégalités de longue date qui ont été mis en lumière par la pandémie, dont notamment la pauvreté, l’écart de revenu et la disparité salariale entre les sexes, l’absence d’un salaire vital et la dépendance de l’économie quant aux emplois précaires et non rémunérés. »

Les initiatives proposées par la FTTNB appuient sa vision de longue date d’une économie durable qui fonctionne pour tous. C’est-à-dire une économie riche en bons emplois, qui investit dans un secteur public solide et des services publics de qualité qui favorisent les familles et les collectivités et qui respectent notre environnement.

« Le gouvernement occupe une place unique pour mener la reprise économique, » ajoute M. Legere, « Il est temps de s’éloigner de l’approche économique dépassée axée sur l’austérité, la compression des dépenses et la réduction des services publics. Il s’agit d’une approche qui ne fait qu’accroître les inégalités, ralentir la création d’emplois et mener à des emplois faiblement rémunérés. »

En juin 2020, la FTTNB a envoyé un mémoire détaillé aux membres du comité multipartite du Cabinet sur le nouveau coronavirus. Vous trouverez une copie de ce mémoire ici. Ce dernier donne davantage de détails sur les moyens dont le Nouveau Brunswick peut placer les gens au cœur de notre relance économique suite à la pandémie de la COVID-19.

Ainsi, la FTTNB recommande que tous les partis politiques s’engagent aux initiatives suivantes tout en reconnaissant que bon nombre d’entre elles nécessiteront une collaboration avec le gouvernement fédéral :

• Remplacer les emplois perdus par de meilleurs emplois : Durant la pandémie, le Nouveau Brunswick a perdu tout près de 50 000 emplois. Les partis politiques doivent s’engager à un plan prêt à réaliser visant à remplacer ces emplois perdus par de meilleurs emplois. Le gouvernement peut relancer l’économie en embauchant des travailleurs(euses) pour construire des infrastructures vertes, éduquer nos jeunes et prendre soin des autres.

• Investir dans l’économie verte : Alors que les investissements privés n’ont jamais été aussi bas, nous pouvons nous servir des investissements du secteur public de façon stratégique afin d’encourager, de faciliter et de structurer les investissements du secteur privé, de procurer de grands avantages sociaux et de créer des emplois durables, bien rémunérés permettant de faire vivre une famille, surtout dans nos régions rurales. De tels investissements devraient viser des énergies de remplacement et la conservation d’énergie, y compris les rénovations de bâtiments et les stratégies connexes du marché du travail. Cela pourrait également comprendre l’accès total à la large bande à travers la province.

• Augmenter le salaire minimum et mieux protéger les travailleurs(euses) : Notre monde du travail est très différent de ce qu’il était lorsque les lois provinciales du travail ont été rédigées. En fait, le travail que nous comprenons maintenant comme étant primordial pour sauver des vies et pour nous fournir les nécessités de la vie a été historiquement sous-évalué. Bien trop de travailleurs et travailleuses néo-brunswickois gagnent moins de 15 $ l’heure et ne jouissent pas d’avantages sociaux ni de régime de retraite.

Il nous faut de rigoureux programmes, politiques, lois et application en matière de santé et sécurité au travail. Tous les travailleurs(euses) ont besoin de savoir que leurs milieux de travail sont sains et sécuritaires. De plus, ils doivent avoir accès à de l’équipement de protection individuelle (EPI) adéquat lorsqu’ils en ont besoin. Si des travailleurs(euses) tombent malades, ils devraient avoir l’option de rester à la maison avec salaire.

Présentement, le Nouveau Brunswick est la province qui a le deuxième plus bas salaire minimum. La FTTNB réclame que tous les partis politiques s’engagent à un salaire minimum de 15 $ l’heure et à 10 jours de congé de maladie payé par année pour tous les travailleurs(euses). Aucun travailleur ne devrait craindre de perdre son emploi après être tombé malade.

• Améliorer les infrastructures communautaires et sociales : La FTTNB anticipe qu’il y aura un bien plus grand besoin de services communautaires en santé mentale et de soutiens sociaux pour les femmes, les enfants, les populations vulnérables ainsi que ceux qui sont touchés par le chômage, les difficultés financières, l’isolement, la violence conjugale et la violence sexuelle.

Il incombe au gouvernement de corriger les années de sous-financement et de compressions qui ont érodé les programmes et les mesures de soutien dont bien des gens ont désespérément besoin. Par exemple, nos aînés sont particulièrement vulnérables. La plupart des gens qui ont succombé à la COVID-19 au Canada demeuraient dans une résidence pour personnes âgées ou dans un foyer de soins. Après des années de négligence et de sous-financement, ces services doivent être intégrés au secteur de la santé publique.

En outre, les femmes ont été particulièrement touchées par la récession qui a accompagné l’éclosion de la COVID-19. D’ailleurs, ce phénomène a même été surnommé « she cession » (la récession des femmes). Plus de femmes que d’hommes occupent un emploi précaire. De plus, les femmes qui travaillent dans le secteur privé ne bénéficient pas encore de l’équité salariale. Plus de femmes que d’hommes ont été touchées par le manque de services abordables de garde d’enfants et d’éducation, augmentant ainsi le niveau de leur travail non rémunéré lors de la pandémie. La FTTNB préconise l’adoption de lois sur l’équité salariale qui visent l’ensemble du secteur privé et des investissements dans l’accès amélioré à des services de garde de qualité à but non lucratif.

• Une fiscalité équitable et progressive : Les répercussions de la COVID-19 seront coûteuses et ne peuvent être financées par l’entremise de mesures d’austérité et de compressions budgétaires contre-productives. Le gouvernement doit penser de façon plus globale aux solutions à ses difficultés financières.

Il y a de nombreuses façons dont le gouvernement du Nouveau Brunswick peut générer davantage de recettes sans pour autant augmenter les impôts des Néo Brunswickois ordinaires. L’élimination de plusieurs dépenses et échappatoires fiscales régressives pourrait générer d’importants revenus.

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Daniel Legere
Président de la FTTNB
(506) 857-2125 / (506) 381-8969