(506) 857-2125

Alors que nous commençons graduellement à retourner à une nouvelle norme après la pandémie de la COVID -19, nous devons songer à la planification de notre reprise économique.

Voici quelques questions auxquelles nous devrions réfléchir alors que nous procédons à la planification. Comment en sommes-nous arrivés là? Que pouvons-nous changer afin de créer une société et une économie plus justes et équitables?

La présence d’inégalités est devenue évidente durant la pandémie de la COVID-19. D’ailleurs, nous avons constaté d’importantes lacunes en matière des pratiques, des politiques et des lois qui en avantagent certains au détriment des autres. Malheureusement, nos héros communautaires qui ont assuré notre sécurité font partie des citoyens les plus sous-estimés et les plus vulnérables du pays. Nous espérons que la pandémie nous incitera à faire mieux pour ces citoyens.

Il est clair que, à mesure que nous sortirons de cette longue crise sanitaire, l’économie devra affronter une crise économique encore plus longue. Les gouvernements fédéral et provincial/territorial seront demandés de mettre en place des mesures en vue de remettre l’économie sur pied.

Il est intéressant de constater que, lors de la pandémie, personne n’a demandé pour une réduction de l’aide gouvernementale ni d’une réduction d’impôt. Les travailleurs, les étudiants et les entreprises dépendaient tous de l’aide des gouvernements en vue de survivre à la pandémie. En fait, les gouvernements ont fourni des mesures en matière de soutien du revenu, de protection du salaire et autres mesures nécessaires. Ils ont contribué à tisser des liens bien nécessaires, ce qui a permis au pays de se concentrer sur le maintien de la santé des gens.

Le moment est venu de prendre des mesures sans précédent en vue de remettre notre pays sur pied. Les programmes d’austérité ont laissé tomber la plupart d’entre nous et, avec les prévisions du taux de chômage élevé, de la fermeture d’entreprises et du fléchissement marqué du produit intérieur brut (PIB), nous devons nous tourner vers les gouvernements pour qu’ils assument la responsabilité de stimuler et d’investir dans nos économies.

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick croit que cela signifie des investissements dans un secteur public solide et des services publics de qualité. Nous savons déjà que le secteur privé ne sera pas en mesure d’investir ce qu’il faut pour faire tourner notre économie à nouveau. Nos gouvernements doivent donc tirer des leçons de la pandémie de la COVID-19 et investir dans les soins de santé, les soins de longue durée, les infrastructures publiques et sociales, la reconstruction, le transport et l’environnement. Tous ces services sont importants à la croissance économique et au soutien des entreprises locales, des collectivités et des gens.

L’histoire nous a démontré que cela est possible. D’ailleurs, les investissements du gouvernement ont reconstruit les économies après la Seconde Guerre mondiale. Nous avons une excellente occasion de nous attaquer aux inégalités et de combler les lacunes constatées lors de cette pandémie mondiale.

Nous avons félicité nos travailleurs de première ligne et nos travailleurs essentiels. Nous pouvons maintenant passer de la parole aux actes en améliorant notre filet de sécurité sociale afin que la croissance économique puisse fonctionner pour tout le monde, pas seulement pour les plus riches.

Nous avons une excellente occasion de transformer notre pays en un pays qui fonce pleinement de l’avant avec des investissements visant à créer une société qui s’occupe les uns des autres. Nous pouvons remédier à notre système de soins de santé chancelant et établir des normes nationales en matière de soins de santé et de soins de longue durée. C’est maintenant qu’il faut investir dans un régime national d’assurance-médicaments universel à payeur unique.

Des investissements dont on grandement besoin les domaines de l’éducation et de la formation, des services de garde à l’enfance et d’apprentissage financés et gérés par les deniers publics, de meilleurs services pour les populations vulnérables et pour les organismes qui s’occupent d’eux, toutes ces mesures porteront fruit pour des années à venir.

De plus, des investissements dans le transport en commun aideront des milliers de gens et généreront des milliers d’emplois.

La rénovation de maisons et d’édifices publics contribuera à la création d’emplois et à la protection de l’environnement. Des investissements dans des logements écologiques aideront des milliers de Canadiens à faible revenu à quitter la rue et à se trouver un logement adéquat. Nous avons de la difficulté à avoir accès à l’Internet haute vitesse partout dans notre pays. Il est grand temps de veiller à ce que tout le monde ait accès à l’Internet, quel que soit leur revenu ou leur situation géographique.

Si cette pandémie nous a montré une chose, c’est que nous devons agir différemment. Nous devons cesser d’écouter le même vieux mantra. Confier la reprise économique aux riches et aux puissants n’imposera pas le changement. La reprise économique ne saurait tolérer les mêmes vieilles rengaines qui nous ont menés jusqu’ici – une économie marquée d’un écart de revenu et de genre croissants, des taux de pauvreté et d’itinérance qui ne cessent de s’accroitre, l’augmentation de la violence et de l’inégalité, et des services publics et communautaires inadéquats et piètrement sous-financés.

Il sera essentiel à notre reprise que tous les intervenants soient rassemblés à la même table, y compris les entreprises, le mouvement syndical, les collectivités et ceux qui, traditionnellement, ne sont pas entendus.

Ensemble, nous pouvons y arriver! Avec les bons dirigeants et les bons investissements des gouvernements, nous pouvons reconstruire notre économie en bâtissant un monde plus sain, plus sécuritaire et plus durable. Un monde où personne n’est laissé pour compte.

Daniel Legere
Président, Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau Brunswick
Moncton (Nouveau-Brunswick)